Les travaux 2016: Beaucoup de progrès

2016-03-26-1673

En mars nous avons attaqué les préparations pour l’installation du parapluie PAHS sur trois côtés de la maison

 

2016-03-28-1691

Tout est prêt pour installer le parapluie PAHS autour de la maison: les vieilles bâches d’hiver de piscine en PVC, les blocs de polystyrène d’occasion, et le polyéthylène d’ensilage de 8 m de large

 

2016-04-14-1730

Mais pour le moment (début avril) les gros blocs de polystyrène sont stockés sur notre tout premier plancher au grenier. Les plaques d’agglo du plancher sont de récupération chez ARTSTOCK à Blajan, tout comme le polystyrène. Les plaques ne sont pas encore fixées définitivement. Nous allons les déplacer une fois les plafonds en place, pour pouvoir combler les 40 cm d’espace entre plaques et plafonds avec une couche d’isolant ouate de cellulose. Artstock se spécialise en recyclage de décors de théâtre, expos, etc. Leur entrepôt est une vraie caverne d’Ali Baba. Visitez http://www.artstock-asso.fr.

Prochain travail : construire le mur de rétention côté Est et rehausser un peu celui de l’ouest.

2016-03-30-1699

2016-04-13-1718

2016-04-19-1740-crop

Côté Est, nous avons installé un drain au fond, derrière le mur de rétention, pour la forme, car si tout va bien la terre derrière le mur sera toujours au sec sous le parapluie étanche que nous allons installer par dessus. Les surfaces intérieures de ces murs de rétention sont isolées avec les plaques de polystyrène extrudé pour aider à conserver la chaleur dans la terre autour de la maison. Sans oublier les gaines électriques « his and hers » pour les futures prises de charge pour voitures électriques. Malgré toute cette prescience nous avons totalement oublié d’y installer les robinets eau de ville et eau de pluie. Bah, on les mettra un peu plus loin. On appelle ça l’architecture organique. Depuis le début, nous avons fait pas mal d’organique ici.

2016-05-05-1759

En mai nous avons continué le travail sur la façade…

2016-05-05-1760

et commencé l’installation des tuyaux d’assainissement, de ventilation, d’eau, d’électricité, etc. sous le sol.

2016-05-06-1761

2016-05-12-1765

Le gros tuyau fait partie d’un système de récupération d’air chaud de la serre semi-enterrée,  laquelle sera installée devant la maison:

Impression d'artiste

 

2016-05-12-1768

Comme chaque printemps, les oiseaux participent au chantier selon leurs moyens

 

2016-06-15-18421

Déjà Juin, mais nous avançons rapidement. Le charpente pour le plafond (et pour le plancher au grenier) sont en place.

 

Nous commençons le mur est du salon en pisé

Nous commençons le mur Est du salon en pisé

 

Les anciens boîtes en plastique dur sont très résistantes. Nous creusons d'abord une petite emplacement dans la couche précédente, pour minimiser les chocs du pisoir

Les anciennes boîtes en plastique dur sont très résistantes. Nous creusons d’abord un petit emplacement dans la couche précédente, pour atténuer les chocs du pisoir.

 

Fondations pour les murs du garde-manger et les toilettes d'invités

Juillet : Fondations pour les murs du garde-manger et les toilettes des invités

 

Insertion d'une alcove dans le mur du salon

Insertion d’une alcôve dans le mur du salon

 

Août. Un coup de main de deux voyageuses canadiennes, Veronica et Kathryn

Août. Un coup de main de deux voyageuses canadiennes, Veronica et Kathryn

 

2016-08-03-1922

Les Batibox modernes sont moins résistants

Les Batibox modernes sont moins résistants, mais…

 

Le coucher du soleil est spectaculaire

le coucher du soleil est spectaculaire

 

Septembre: Enfin nous pouvons installer le parapluie PAHS sur trois côtés de la maison. Le côté Sud sera installé plus tard, après l’enfouissement des tuyaux de ventilation et assainissement et le raccordement électrique et téléphone.

Après un passage au râteau pour enlever les pierres et autre protubérances nous avons posé un drain agricole périphérique, sur un lit de gravier et l’avons enrobé de géotextile. Puis nous avons installé, dans l’ordre,

  1. les bâches de couverture hivernale de piscine, de récupération (en PVC épais)
  2. une bâche noire d’ensilage en polyéthylène (le moins épais, étant plus résistant au percement que la version plus épaisse)
  3. une couche de blocs de polystyrène de récupération, en commençant par des blocs de 30 cm d’épaisseur au plus près de la maison, suivi par les rangées de blocs de 20 cm, puis de 10 cm d’épaisseur en s’éloignant de la maison. Cette maison comporte sans doute le PAHS parapluie le plus épais du monde, car nous dépassons, sans en avoir l’intention mais suite à la disponibilité en récupération tout près, de plusieurs fois l’épaisseur suggérée par John Hait. On verra ce que cela donne…
  4. une deuxième couche de polyéthylène noire d’ensilage
  5. une couche de terre de protection (Hait appelle cela une couche de modération) d’environ 50 cm d’épaisseur. Cette couche se termine tout-à-fait en haut des murs de la maison, mais est isolée de la maison par l’interposition de plaques de polystyrène extrudé de 5 cm d’épaisseur, qui sont à leur tour protégées par le retournement vers le haut des couches étanches du parapluie (PVC et polyéthylène).
  6. une semence de gazon

Voici une séries de photos du déroulement (c’est le cas de le dire):

2016-09-09-2011-avec-texte 2016-09-09-2009 2016-09-09-2012 2016-09-09-2014 2016-09-09-2018 2016-09-09-2019

2016-09-09-2020 2016-09-10-2023 2016-09-10-2029 2016-10-27-2075 2016-11-19-2097

Avant de finir le parapluie côté ouest, nous avons installé des gabions pour retenir la terre et reduire la pente.

Avant de finir le parapluie côté ouest, nous avons installé des gabions pour retenir la terre et réduire la pente.

Pour remplir les cages en fer nous avons reçu un camion de galets de Garonne

Pour remplir les cages en fil de fer nous avons reçu un camion de galets de Garonne

 

 

2016-11-19-2094

A l’intérieur le mur du salon est en place, avec linteau de porte en terre armée (barres de fer + chaux + ciment + terre) et trois niches, et les rails sont en place pour accueillir les plaques du plafond

 

Début novembre les baies et fenêtres ont été livrées et installées par Alex Alu

Début novembre les baies, portes et fenêtres ont été livrées et installées par Alex Alu de Capens

 

Prochain boulot: l'isolation et etancheité à l'air du mur sud, et les cablages des circuits électriques

Prochaine étape : l’isolation et l’étanchéité à l’air du mur Sud,  ainsi que le cablage des circuits électriques. Bonne année à tous !

Les travaux 2015 – pas mal du tout

Sans surprise, l’année a mal commencé en raison d’un vent violent qui a cassé les bords de plusieurs plaques du toit sur le côté ouest. Quelques morceaux de plaques ont été retrouvés à 25m de là!

La prochaine fois nous installerons les planches de rive plus rapidement.

 

2015-02-11-1068

 

Début avril nous avons commencé la partie sud du toit. Cette partie, inclinée à 45° pour mieux attraper les rayons hivernaux du soleil, est recouverte de panneaux en tôle de couleur ardoise. Le dessous des plaques comporte une mince couche de feutre pour réduire le phénomène de condensation. Plus tard, nous projetons d’installer des panneaux photovoltaïques sur cette partie du toit.

Première opération : nous avons ajouté des longueurs de bois au faitage pour régulariser l’appui sur lequel viendront se fixer les chevrons. Ensuite, nous avons boulonné (avec epoxy et tige filetée) une sablière de 15*5 sur toute la longueur des poutres en béton, avec dépassement de 40cm à chaque bout. Nous avons renforcé les dépassements avec du fer en corniche d’environ 1m50.

2 mars 2015

2 mars 2015

 

2015-04-03

 

Mise en place des chevrons

Mise en place des chevrons

 

... suivi par les pannes en 6*8

… suivie par la pose des pannes en 6*8

 

... et les tôles

… et des tôles

 

En mai Christopher Ian est venu nous aider à poser le bardage sur le pignon ouest, le côté le plus exposé de la maison. Nous avons fixé l’ossature avec des chevilles à frapper, puis recouvert avec une toile pare-pluie avant de fixer les clins en Douglas naturel avec des pointes inox.

a faire

 

2015-05-23-1256

23 mai 2015

 

2015-06-09-1288-crop.jpg

Petite touche décorative sur les planches de rive…

Sur le pignon côté est il reste un bout de mur à piser avant de pouvoir finir la ceinture en béton et monter le bardage. Sans oublier les passages pour les tuyaux de ventilation, et l’installation de capteurs additionnels d’humidité et température du sol. Ces capteurs seront environ 1m20 au-dessus de deux autres capteurs déjà en place au niveau des fondations. Ils seront à environ 1m en dessous du niveau final de la terre.

25 juin 2015

A l’intérieur, les premiers habitants de la maison, un couple de Rougequeue noir, sont en train d’élever leur deuxième  portée dans leur nid construit sur les tiroirs en plastique. Chaque fois qu’on travaille sur notre mur les oiseaux nous réprimandent pour la forme, mais continuent leurs affaires tout de même. Pendant la deuxième période de ponte le mâle a été massacré par un chat, mais la femelle a continué toute seule et réussi malgré tout à élever ses cinq petits jusqu’à l’envol.

Le femelle arrive - et un petit (à gauche) montre sa faim.

Le femelle arrive – et un petit (à gauche) crie sa faim.

 

1 juillet 2015 - enfin le mur extérieur est fini.

1 juillet 2015 – enfin le dernier morceau du mur extérieur est fini.

 

6 juillet 2015.

6 juillet 2015. Mise en place d’une poutre de liaison et donc renforcement entre le mur de   rétention ouest et la ceinture médiane du mur ouest

 

2015-07-07-1322

6 juillet 2015. Mise en place de poutres en béton armé entre les piliers côté sud. Ils soutiendront les futures portes et fenêtres

 

2015-08-04-1370

4 août 2016. Raccordement des deux tuyaux de ventilation enterrés côté est, niveau plafond. Merci Camilla.

 

2015-08-11-1387.jpg

Ajout d’une bande de Metalroll de Monier au faitage pour faire une liaison étanche entre les plaques en fibrociment et les tôles. A recouvrir plus tard d’une protection métallique « custom »

2015-08-27-1413.jpg

Ca commence à ressembler à une maison…

 

2015-08-21-14022.jpg

qui ne bloque pas trop la vue des Pyrénées pour les passants.

2015-08-09-1375

Les sondes additionels de humidité et temperature sont posés côté est

2015-08-09-1379

Les tuyaux de ventilation côté est sont en place

 

2015-08-11-1383.jpg

Mise en place de la terre côté est

2015-08-31-1417.jpg

Fin août, démarrage du premier mur de refend intérieur. Nous avons commencé à ajouter de la chaux aérienne dans la terre (environ 2%) pour réduire le rétrécissement au séchage et améliorer la finition.  Plus tard, nous avons augmenté à 5% de chaux, et ajouté environ 5% de sable à notre mélange.

2015-09-15-1448.jpg

Pour les prises et interrupteurs électriques nous pisons jusqu’à hauteur du haut de la boîte d’encastrement en plastique rigide, nous creusons un petit trou pour la boîte, puis nous ajoutons le prochain niveau de terre et nous compactons.

2015-09-22-1469.jpg

22 septembre 2015

2015-10-02-1483.jpg

Notre première niche, formée par l’insertion d’un moule en bois à l’intérieur des banches

2015-10-05-1494.jpg

Notre premier mur de seulement 25cm d’épaisseur a reçu quelques renforts de liaison en fer avec le mur extérieur en 35cm

2015-10-11-1509.jpg

11 octobre 2015

2015-11-05-1527.jpg

5 novembre 2015. Ian s’attaque à la structure du pignon est

2015-11-05-1530.jpg

… et Josh fait de même côté sud. Ce côté sera largement vitré. Les parties entre vitrages seront de 40cm d’epaisseur, en double ossature de douglas rempli d’isolation et recouvert de plaques d’OSB 15mm, membrane pare-pluie, liteaux, puis bardage.

2015-11-09-1539.jpg

11 novembre 2015. Les joints sont scellés avec Siga Wigluv, un ruban adhésif pour extérieur

 

2015-11-11-1556.jpg

 

2015-11-14-1560.jpg

14 novembre 2015. Pose de pare-pluie et liteaux.

 

2015-11-09-1540-2.jpg

 

2015-11-09-1541.jpg

Ainsi s’achève les travaux 2015. Prochaine étape: l’installation de quelques fenêtres…

 

 

 

Les travaux 2014 – enfin au sec

2014-11-13-0995

2014?  Pas mal…

Au moins nous avons terminé l’année partiellement couverts.

Mais, commençons par le commencement, c’est à dire en mars. Les bâches sont encore en place:

2014-03-21-0526

… mais pas pour longtemps. Un bon coup de vent et tout est à refaire. Nous en avons assez.

2014-04-01-0541

01 mars

Peu importe! Deux semaines plus tard nous avons mis en place encore deux gros blocs de pisé, et nous continuons chaque fois que le temps le permet.

2014-04-19-0583

2014-05-10-0635

10 mai

2014-06-13-0704

Le 13 juin nous approchons l’angle nord-est.

Hop!

Hop!

Le mur nord est terminé (à sa hauteur en pisé définitive de 2m60) le 19 juin au soir. Mais le lendemain matin, en sortant de la caravane en contre-bas, nous voyons une drôle de chose :

2014-06-20-0751De l’eau ?

Pendant la nuit le tuyau que nous utilisons pour humidifier la terre a explosé sous la pression (nous avons oublié de fermer le robinet), déversant des mètres cubes d’eau contre le mur nord. Une partie de l’eau a été stoppée par la bâche pvc et envoyée dans les drains périphériques au niveau des fondations. Ces drains (que je pensais ne jamais voir fonctionner) ont bien joué leur rôle de protection, sortant l’eau de leurs bouches et inondant le jardin à côté de la caravane.

2014-06-20-0741-crop

Mais pour permettre la mise en place des banches pour piser ce dernier bloc du mur nord nous avons descendu la bâche en dessous du niveau de la terre, et, là, l’eau s’est engouffrée entre la bâche et le mur en pisé. Résultat : deux trous perforés en bas du mur d’où sortent des ruisseaux tranquilles. Derrière ces trous se sont formés, avant que l’eau ne trouve une sortie, des creux bien plus importants.

2014-06-20-0735Bien que n’ayant aucun rapport avec la météo, cet incident nous a convaincu de se concentrer en priorité sur la couverture de la maison, c’est à dire la construction de piliers et poutres en béton armé, suivie par la charpente et les plaques sous-tuiles.


LA PÉRIODE BÉTON COMMENCE ICI

D’abord, bien sûr, les fondations. Environ un mètre carré et 40cm d’épaisseur de béton sous les colonnes d’une profondeur variant entre 0 et 80 cm sous le sol, dépendant de la position relative à la pente originale.

2014-06-30-0769

30 juin

Ferraillage pour base de pilier

Ferraillage pour base de pilier

2014-07-25-0801

25 juillet – coffrage pour poutres

2014-08-07-0813

7 août  – encore des fondations pour piliers

12 septembre 2014 - un coup de main de Nicole et Ian

12 septembre  – un coup de main de Nicole et Ian

Remplissage "fait main"

Remplissage « fait main »

4 octobre 2014

4 octobre


L’OPÉRATION TOITURE

18 octobre - premiers poteaux pour la charpente

18 octobre – premiers poteaux pour la charpente – nous utilisons une treuil électrique pour monter les seaux de béton sur l’échafaudage.

21 octobre - livraison charpente et plaques

21 octobre – livraison charpente et plaques

29 octobre

29 octobre

3 novembre 2014

3 novembre

5 novembre

5 novembre

2014-11-06-0974

6 novembre

6 novembre

2014-11-13-0981Prochaine étape : installer les gouttières et des tôles bac acier devant, là où viendront se loger un jour les panneaux solaires. Une fois la maison entièrement couverte nous allons pouvoir continuer à pisé – notre occupation préférée. Cette fois, on sera à l’abri pour construire les murs intérieurs. Le pied !

Les travaux 2013 – année frustrante

Image

En 2012 nous avions en quelques mois construit les murs est, ouest et nord jusqu’à mi-hauteur. Confiants, nous avions planifié d’en faire au moins autant en 2013. Mais les épisodes pluvieux se succédèrent depuis janvier jusqu’en juillet, empêchant tout travail avec la terre.

Une fois cette période humide passée nous avons enfin (en août!) pu recommencer à piser, mais d’abord en réparant les dégâts de l’hiver. Les faces ouest des deux murs est et ouest, les plus exposés au mauvais temps, auraient dû être beaucoup mieux protégées.  Les pluies d’hiver, quelquefois presque horizontales et extrêmement fortes, ont érodé profondément les murs en plusieurs endroits. Certaines parties ont pu être réparées. D’autres étaient trop abimées et ont dû être démolies et reconstruites. Ce n’est que fin juillet que nous avons pu enfin commencer à piser le deuxième niveau (photo ci-dessus).

Voici notre année en photos, dans l’ordre chronologique…

EN JANVIER, face aux dégâts, nous avons décidé de ré-organiser les tuiles canal protégeant les murs, en inclinant le bas vers l’est. Nous avions remarqué (trop tard !) que, dans le cas contraire, une forte pluie accompagnée de vent d’ouest arrosait copieusement la face ouest du mur. Ce phénomène, combiné avec le fait que les murs étaient de construction récente (octobre-novembre 2012) et donc pas encore secs, était sans doute la cause principale des dégâts.

31012013667-2

————————————————————————————————————–

EN FÉVRIER il a fallu poser des planches verticalement pour  stopper le déplacement de terre derrière le mur nord, pour réduire le risque d’inondation par création de bouchons.

01022013672

—————————————————————————————————-

EN MARS nous avons constaté l’étendue des dommages infligés par un hiver suivi d’un printemps particulièrement pluvieux. Les murs les plus exposés, côté est et ouest, étaient aussi ceux que nous avions terminés en dernier avant l’hiver, et ils n’avaient pas encore eu le temps de sécher. Or, c’est le séchage qui donne de la résistance aux murs. On aurait dû:

-arrêter de piser plus tôt en automne,

-mieux protéger les murs, surtout les faces exposées au mauvais temps (faces ouest dans notre cas).

Ce sont les premières leçons vitales à retenir pour ceux qui construisent en terre non-stabilisée (et probablement aussi pour ceux qui ajoutent ciment ou chaux à la terre). Étrangement, malgré toutes nos lectures, nous n’avions pas remarqué des avertissements ou discussions concernant ces points. Trop élémentaire, peut-être?

03032013690

——————————————————————————————————–

FIN AVRIL, entre deux périodes pluvieuses  nous avons enfin pu dégager la terre tombée derrière le mur nord, installer une grande bâche bleue derrière le mur (une bâche d’occasion de  protection hivernale de piscine, coupée dans la longueur), et mettre en place un drain au pied du mur. Nous avons également commencé à creuser pour les fondations de l’aile ouest, qui sera un mur de rétention de la terre qui enveloppera la face ouest de la maison.

20042013746

23042013753

23042013755

24042013756

——————————————————————————————————–

MAI. Le mauvais temps continue. Nous avons pu préparer les excavations de plus de 2 m de profondeur pour les deux piliers en béton armé qui vont soutenir le poutre horizontale laquelle soutiendra l’aile ouest.

01052013761

—————————————————————————————

JUIN. Entre deux épisodes de pluie nous avons coulé les piliers en béton (sur leurs semelles renforcés d’environ 1m de large) pour l’aile ouest, mais nous avons oublié de retirer l’échelle d’un des trous. Une forte pluie y a fait glisser de la terre dans le trou, noyant l’échelle. Seule moyen de la récupérer: tirer avec la minipelle.

Nous avons également essayé de réparer la face du mur ouest endommagé, en « pisant » derrière des planches. Mais cette réparation n’a pas tenu, (sauf sur une petite partie, cerclée sur l’image ci-dessous) et nous avons fini par démolir et reconstruire une partie du mur. Une autre réparation en béton de terre (mélange crémeux de terre avec 3% de chaux, 10% de ciment et des fibres) coulé derrière des planches a tenu le temps nécessaire, c’est à dire jusqu’au remblayage avec de la terre derrière les murs en septembre.

2013-06-24-0024-petit2013-06-25-0027-petit

2013-06-25-0032-petit

———————————————————————————————————————————-

JUILLET:  Nous avons d’abord coulé le poutre en béton qui servira de fondation pour le mur de soutènement ouest.

Enfin un temps sec qui nous permet de piser! Nous commençons avec la reconstruction du bout du mur ouest. Une fois ceci terminé, nous coulons une poutre en béton armé sur le haut du mur, reliant ainsi les colonnes entre elles.

2013-07-04-0050-petit

2013-07-19-0091petit

2013-07-25-0119-petit

Vibration du béton

——————————————————————————————————

AOUT – SEPTEMBRE: L’objectif était de remblayer derrière les murs dès que possible pour mieux les protéger du mauvais temps. Avant de pouvoir remblayer il a fallu:

– Terminer les constructions et réparations des murs

– Construire en parpaings au moins la moitié du mur de soutènement ouest

– Poser les bâches PVC à l’extérieur des murs

– Poser les drains et tuyaux de ventilation est et ouest

– Installer les capteurs de température et humidité de sol est et ouest

– Finir de couler la ceinture en béton sur le mur

2013-08-05-0147

Mise en place de deux tuyaux de ventilation et drain jaune

2013-08-15-0194

Aile ouest de soutènement en parpaings

2013-09-11-0256

Préparation des tuyaux de ventilation enterrés selon le principe de « nez de chameau » de John Hait. On peut voir à côté du parpaing le tuyau jaune de l’arrivée des capteurs de température et humidité de la terre.

2013-09-01-0224

Nous avons installé les capteurs de température à 1m d’intervalle pour mieux suivre l’effet de mouvement de chaleur par conduction à travers le mur.

2013-09-01-0221

Capteur de température Vegetronix (USA) Therm200. Les capteurs d’humidité sont également de Vegetronix. Ces capteurs sont étanches, faciles à lire avec un simple multi-mètre, et pas trop chers.

Capteur de température Vegetronix (USA) Therm200. Les capteurs d’humidité sont également de Vegetronix. Ces capteurs sont étanches, faciles à lire avec un simple multi-mètre, et pas trop chers.

Nous avons prefere démolir une partie du mur abimé et reconstruire à neuf.

Nous avons prefere démolir une partie du mur abimé et reconstruire à neuf.

Le voila comme neuf

Le voila comme neuf

La ceinture fait le tour de la maison à mi-hauteur

La ceinture fait le tour de la maison à mi-hauteur

Preparation des tubes de ventilation externes côté est

Préparation des tubes de ventilation externes côté est

Construction des fondations et d'un mu median en parpaings qui permettra la couverture d'au moins un tiers de la maison en 2014...

Construction des fondations et d’un mur médian en parpaings qui permettra la couverture d’au moins un tiers de la maison en 2014…

Enfin le remblayage qui protegera les murs et nous permettra de monter les murs  jusque 3m sans echaffaudage à l'extérieure

Enfin le remblayage qui protègera la première partie des murs et nous permettra de les monter jusqu’à 3m sans mettre d’échafaudage à l’extérieur

2013-09-21-0274

—————————————————————————————————————————–

OCTOBRE: Enfin nous pouvons commencer à piser le niveau supérieur des murs. Bien sûr, il a plu au début du mois, et nous sommes déjà mi-octobre, mais nous sommes contents d’attaquer le travail. On sait déjà que notre espoir de couvrir une partie de la maison avant l’hiver ne sera pas réalisé.

2013-10-09-0303-detail

Nous montons les colonnes en béton avec les mêmes coffrages déjà utilisés pour le bas.

2013-10-09-0302-detail

2013-10-20-0354-petit

Il est bien plus facile à ce niveau de protéger le travail avec les bâches

2013-10-18-0353-detail

——————————————————————————————————–

NOVEMBRE: La pluie et l’approche de l’hiver mettent fin à nos labeurs.

2013-11-08-03882013-11-09-0399-detail2013-11-09-0400

2012 statistiques du site

Rapport annuel WordPress pour ce blog.

Cliquez ici pour voir le rapport.

Travaux 2012 – deuxième partie. Du beau temps à la pluie…

02112012539

Fin novembre, le premier niveau des murs, d’une hauteur de 1m25 au dessus de la souche en béton, était  (presque) terminé sur tout le pourtour en U des côtés Est, Nord et Ouest de la maison. Mais l’hiver nous a réservé des surprises…

(suite…)

Les Travaux 2012 1er partie. Murs en pisé – de la théorie à la pratique

15032012172

Nous avons commencé en mars 2012 (photo ci-dessus) et cinq mois plus tard nous sommes à mi-chemin de la partie basse de nos murs.

23082012438

Ce premier niveau, une fois terminé, sera coiffé d’une ceinture en béton armé. Après, nous coulerons la partie haute des colonnes en béton et continuerons avec le pisé à partir d’un échafaudage. Nous ne travaillons pas à temps plein, bien sûr.

Que de choses apprises pendant ces cinq mois!

  • Nos banches en contre-plaqué bakélisé fonctionnent bien et résistent assez bien à l’usure.
  • Le compacteur à plaque électrique Evolution Hulk, attaché à un palan électrique sur rail,  fonctionne assez bien, mais il ne nous épargne pas un dernier compactage à la main. En fin de compte cette machine demande pas mal de manipulations, fait du bruit, et ne va pas plus vite qu’un compactage  100% à la main (au pisoir, ou à la dame si vous préférez).
  • Avant de commencer ce projet plusieurs personnes et plusieurs livres m’avaient averti que le travail du piseur était long et pénible. C’est bien pour cela que nous avons acheté le Hulk. En fait, le travail de compactage à la main est agréable et rapide. Une seule personne, l’Australien Roger Garlick, me l’avait dit auparavant. On peut voir sa belle maison en terre ici.
  • En plusieurs endroits le mur souche en béton, qui protège le bas du mur en pisé, ne fait que 10cm au-dessus du niveau du terrain. Cela semblait suffisant, mais quand le mur commence à monter, avec le recul, il est évident qu’en cas de forte pluie ce n’est pas suffisant. La pluie qui tombe derrière le mur ne peut plus facilement s’écouler et risque d’endommager le bas du mur. Ce risque est augmenté par la possibilité d’érosion des parois argileuses côté Nord et Est, qui pourrait aggraver la situation en bloquant davantage l’écoulement des eaux.

11052012242

Nous avons rectifié la situation en posant des “French drains”.

17052012266

  • Les colonnes en béton, nécessaires structurellement contre la poussée de la terre, rendent simple le montage des banches, comme prévu. Il suffit de fixer la banche extérieure contre la colonne avec un serre-joints et le mur sera vertical! Mais… il y a un hic. Il est difficile d’empêcher l’eau de pluie de couler entre les colonnes et le pisé, avec des résultats désastreux:

1105201224125052012286

25052012289

Trois solutions (en attendant de trouver mieux):

– Au lieu de faire les blocs d’une banche (environ 50cm) juxtaposés horizontalement, nous faisons des blocs de trois banches successives verticalement, pour arriver en haut des colonnes, ce qui facilite la protection anti pluie et diminue l’écoulement;

– Nous protégeons avec des bâches tendues depuis des liteaux accrochés sur les montants en fer (le ferraillage pour la future extension vers le haut des poteaux);

02062012307

– Nous avons commencé à utiliser des tuiles canal (qui seront installées ultérieurement sur le toit) pour protéger les murs, avec des morceaux de ruban étanche aux points sensibles.

23082012439

0408201239604082012398

Ca marche, mais nous cherchons toujours une solution plus flexible, peut-être à base de carrés découpés de chambre à air de tracteur pour remplacer les morceaux de ruban.

  • La terre, elle, semble bien se prêter au pisé. L’avantage avec l’ossature en béton et le parapluie PAHS est que nous n’avons pas à nous inquieter outre mesure de la résistance du pisé, qui est en fait un simple remplissage.  Pas besoin, donc, de stabiliser la terre en ajoutant du ciment ou de la chaux. En découlent des économies importantes en produits, en temps, et en travail, car doser, mélanger et mouiller les stabilisants et la terre serait fastidieux et imposerait une mise en banche et un compactage rapides.
  • Il est vrai que sans stabilisant ou rajout de sable il y a davantage de risque de fissures. Nos blocs de 2m de long rétrécissent d’environ 2cm, et nous aurons pas mal de mini-remplissages à faire à la fin (en même temps que le bouchage des trous laissés par les traverses en tube 3/4” galvanisé (voir le billet sur les banches).

25052012287-retrecissement1

  • Nous avons décidé de tamiser la terre à travers une grillage de 1cm x 2cm pour deux raisons: 1 – le résultat est plus joli, et 2 – notre terre contient pas mal de mini-boules d’une matière bleutée non-identifiée, en plus de quelques véritables pierres.

01032012146-closeup

04082012388

Une deuxième brouette est placée sous le tamis, évidemment …

Les banches

24022012142

Les banches sont les formes rectangulaires à l’intérieur desquelles on pise le pisé…

Mes banches sont simples et largement inspirées des banches californiennes du constructeur  David Easton: un panneau de contreplaqué en peuplier, finition bakelisée (18cm d’épaisseur, 2m50 de longue, 125cm de large), disponible chez les marchands de matériaux de construction. Ces panneaux sont conçus pour faire des faces intérieures de banches pour béton, et sont réutilisables. Ils coûtent un peu plus cher que des plaques en contre-plaqué standards (j’ai payé €80 la plaque).

J’ai coupé le panneau en deux sur la longueur pour en faire un jeu de banches léger et facile à déplacer. Ces panneaux sont traversés à chaque bout par trois tuyaux en fer galvanisé de 3/4 de pouce (autrefois souvent utilisés pour le chauffage central), à chercher d’occas chez un ferrailleur ou à acheter neufs. Les trous pour les tuyaux font 28mm.

Construction des banches

Les tuyaux font 115 cm de long, dépassant largement les banches sur les deux côtés, et équipés de serre-joints de ce type trouvés chez Conrad.fr (€117 pour 12 serre-joints)

23112011057

Il faut un filetage au bout de chaque tuyau, pour monter la partie “serrage” du serre-joint. Pour faire les filetages j’ai acheté un coffret de  filières de plombier chez Dema France (€63).

Enfin, ,j’ai ajouté des cornières métalliques mincesCornieres

(trouvées chez le ferrailleur) pour protéger les bords supérieurs des banches. Des manches en plastique

Manches

(vissés bien au milieu) permettent de les déplacer facilement.

Sur les tuyaux qui dépassent les banches de chaque côté j’ai monté des planches d’échafaudage (environ 27cm x 5cm) que j’avais déjà. Une fois serrées, elles empêchent les banches de se déformer sous la pression très forte du compactage de la terre (plus forte que de couler du béton entre les banches, par exemple).

Les planches ont l’avantage de pouvoir servir aussi d’échafaudage et plateforme de travail pour les piseurs.

14032012168

J’ai également fait des essais avec un compacteur à plaque électrique (Hulk Electro de la marque Evolution), suspendu à un palan électrique. Il compacte la terre environ 2/3, il reste 1/3 à compacter à la main. Pas mal quand je suis tout seul, mais ça fait du bruit et c’est du travail tout de même. Vaut mieux être deux à compacter tranquillement à la main.

Les banches, elles, fonctionnent bien. Légères, modulaires, facile à monter et démonter, à condition de mettre des petites cales entre la planche du bout et des tuyaux, pour faciliter la démontage en les libérant vers le haut avec un tour de tuyau.

cales

Le choix de murs en pisé

07052012236

Pourquoi faire les murs en terre compactée (pisé)? Un voisin m’a dit qu’à ma place il construirait les murs en parpaings (blocs de béton). Ainsi le travail serait fini en quelques jours… Il a raison. Pourtant, il habite une maison bâtie par son père en adobe (briques de terre crue séchées au soleil).

Sur le coup, je ne savais pas trop quoi répondre. J’ai balbutié un commentaire sur le fait qu’il y avait déjà beaucoup de béton dans le monde et que j’avais envie de faire une maison expérimentale.

Il y a tellement de raisons de vouloir bâtir en terre, particulièrement pour ceux qui ont le temps (et la terre) pour le faire eux-mêmes. Les professionnels de constructions en terre sont rares (bien qu’il y  ait Christian Baur, pas trop loin de chez nous), et il faut se renseigner où on peut. Ceci dit, il y a en France une longue tradition de recherche sur le sujet, surtout au laboratoire CRAterre à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble. Plus proche de nous, il y a le Centre de Terre de Joseph Colzani  à Lavalette en Haute Garonne, dont j’ai apprécié les conseils au début de ce projet.

Voici quelques avantages de la construction en terre:

  •  C’est gratuit
  •  Pas de transport (si la terre du terrain est convenable pour faire les murs)
  •  Peu de technologie pour la mise en œuvre
  •  Pas besoin d’enduire ou de plâtrer les murs finis
  •  Excellente isolation acoustique
  •  Excellentes qualités hygrométriques
  •  Excellentes qualités d’inertie thermique
  •  Si je peux croire le Rammed Earth Manual de Michael Thompson, en utilisant la terre à la place des briques pour 150 m2 de construction, j’épargne à l’atmosphère l’équivalent de 120 000 kms en voiture.
  •  Pour une maison PAHS, la vitesse de conduction de la chaleur du pisé est forcément appropriée pour les capacités de transfert de chaleur entre la maison et le réservoir de terre réchauffée qui l’entoure.
  •  Si les murs en terre sont enterrés et protégé de l’humidité par le parapluie PAHS ils sont à l’abri du seul élément qui peut les endommager – l’eau, à condition toutefois que le terrain ne soit pas traversé par des mouvements d’eau souterrains et que la nappe phréatique ne soit pas proche.

Quelques inconvénients

  • Procédure très longue comparé à la construction en briques ou parpaings. Ce n’est pas spécialement le compactage de la terre qui est longue, mais la préparation de la terre et la mise en place des banches.
  • Impossible de travailler par temps humide.
  • Pendant la construction il faut protéger le travail en cours contre la pluie
  • Si vous laissez des trous dans votre toit vous aurez des trous à réparer dans vos murs.

Le projet: autoconstruction d’une maison en pisé semi-enterrée

Impression d'artiste

AVEC UN PEU DE CHANCE, CE BLOG RACONTERA L’AUTOCONSTRUCTION D’UNE MAISON EN PISÉ SEMI-ENTERRÉE UTILISANT LE METHODE PAHS DE JOHN HAIT
PISÉ SOUS TERRE ? POURQUOI PAS? (mais sous un « parapluie »)