Les travaux 2013 – année frustrante

Image

En 2012 nous avions en quelques mois construit les murs est, ouest et nord jusqu’à mi-hauteur. Confiants, nous avions planifié d’en faire au moins autant en 2013. Mais les épisodes pluvieux se succédèrent depuis janvier jusqu’en juillet, empêchant tout travail avec la terre.

Une fois cette période humide passée nous avons enfin (en août!) pu recommencer à piser, mais d’abord en réparant les dégâts de l’hiver. Les faces ouest des deux murs est et ouest, les plus exposés au mauvais temps, auraient dû être beaucoup mieux protégées.  Les pluies d’hiver, quelquefois presque horizontales et extrêmement fortes, ont érodé profondément les murs en plusieurs endroits. Certaines parties ont pu être réparées. D’autres étaient trop abimées et ont dû être démolies et reconstruites. Ce n’est que fin juillet que nous avons pu enfin commencer à piser le deuxième niveau (photo ci-dessus).

Voici notre année en photos, dans l’ordre chronologique…

EN JANVIER, face aux dégâts, nous avons décidé de ré-organiser les tuiles canal protégeant les murs, en inclinant le bas vers l’est. Nous avions remarqué (trop tard !) que, dans le cas contraire, une forte pluie accompagnée de vent d’ouest arrosait copieusement la face ouest du mur. Ce phénomène, combiné avec le fait que les murs étaient de construction récente (octobre-novembre 2012) et donc pas encore secs, était sans doute la cause principale des dégâts.

31012013667-2

————————————————————————————————————–

EN FÉVRIER il a fallu poser des planches verticalement pour  stopper le déplacement de terre derrière le mur nord, pour réduire le risque d’inondation par création de bouchons.

01022013672

—————————————————————————————————-

EN MARS nous avons constaté l’étendue des dommages infligés par un hiver suivi d’un printemps particulièrement pluvieux. Les murs les plus exposés, côté est et ouest, étaient aussi ceux que nous avions terminés en dernier avant l’hiver, et ils n’avaient pas encore eu le temps de sécher. Or, c’est le séchage qui donne de la résistance aux murs. On aurait dû:

-arrêter de piser plus tôt en automne,

-mieux protéger les murs, surtout les faces exposées au mauvais temps (faces ouest dans notre cas).

Ce sont les premières leçons vitales à retenir pour ceux qui construisent en terre non-stabilisée (et probablement aussi pour ceux qui ajoutent ciment ou chaux à la terre). Étrangement, malgré toutes nos lectures, nous n’avions pas remarqué des avertissements ou discussions concernant ces points. Trop élémentaire, peut-être?

03032013690

——————————————————————————————————–

FIN AVRIL, entre deux périodes pluvieuses  nous avons enfin pu dégager la terre tombée derrière le mur nord, installer une grande bâche bleue derrière le mur (une bâche d’occasion de  protection hivernale de piscine, coupée dans la longueur), et mettre en place un drain au pied du mur. Nous avons également commencé à creuser pour les fondations de l’aile ouest, qui sera un mur de rétention de la terre qui enveloppera la face ouest de la maison.

20042013746

23042013753

23042013755

24042013756

——————————————————————————————————–

MAI. Le mauvais temps continue. Nous avons pu préparer les excavations de plus de 2 m de profondeur pour les deux piliers en béton armé qui vont soutenir le poutre horizontale laquelle soutiendra l’aile ouest.

01052013761

—————————————————————————————

JUIN. Entre deux épisodes de pluie nous avons coulé les piliers en béton (sur leurs semelles renforcés d’environ 1m de large) pour l’aile ouest, mais nous avons oublié de retirer l’échelle d’un des trous. Une forte pluie y a fait glisser de la terre dans le trou, noyant l’échelle. Seule moyen de la récupérer: tirer avec la minipelle.

Nous avons également essayé de réparer la face du mur ouest endommagé, en « pisant » derrière des planches. Mais cette réparation n’a pas tenu, (sauf sur une petite partie, cerclée sur l’image ci-dessous) et nous avons fini par démolir et reconstruire une partie du mur. Une autre réparation en béton de terre (mélange crémeux de terre avec 3% de chaux, 10% de ciment et des fibres) coulé derrière des planches a tenu le temps nécessaire, c’est à dire jusqu’au remblayage avec de la terre derrière les murs en septembre.

2013-06-24-0024-petit2013-06-25-0027-petit

2013-06-25-0032-petit

———————————————————————————————————————————-

JUILLET:  Nous avons d’abord coulé le poutre en béton qui servira de fondation pour le mur de soutènement ouest.

Enfin un temps sec qui nous permet de piser! Nous commençons avec la reconstruction du bout du mur ouest. Une fois ceci terminé, nous coulons une poutre en béton armé sur le haut du mur, reliant ainsi les colonnes entre elles.

2013-07-04-0050-petit

2013-07-19-0091petit

2013-07-25-0119-petit

Vibration du béton

——————————————————————————————————

AOUT – SEPTEMBRE: L’objectif était de remblayer derrière les murs dès que possible pour mieux les protéger du mauvais temps. Avant de pouvoir remblayer il a fallu:

– Terminer les constructions et réparations des murs

– Construire en parpaings au moins la moitié du mur de soutènement ouest

– Poser les bâches PVC à l’extérieur des murs

– Poser les drains et tuyaux de ventilation est et ouest

– Installer les capteurs de température et humidité de sol est et ouest

– Finir de couler la ceinture en béton sur le mur

2013-08-05-0147

Mise en place de deux tuyaux de ventilation et drain jaune

2013-08-15-0194

Aile ouest de soutènement en parpaings

2013-09-11-0256

Préparation des tuyaux de ventilation enterrés selon le principe de « nez de chameau » de John Hait. On peut voir à côté du parpaing le tuyau jaune de l’arrivée des capteurs de température et humidité de la terre.

2013-09-01-0224

Nous avons installé les capteurs de température à 1m d’intervalle pour mieux suivre l’effet de mouvement de chaleur par conduction à travers le mur.

2013-09-01-0221

Capteur de température Vegetronix (USA) Therm200. Les capteurs d’humidité sont également de Vegetronix. Ces capteurs sont étanches, faciles à lire avec un simple multi-mètre, et pas trop chers.

Capteur de température Vegetronix (USA) Therm200. Les capteurs d’humidité sont également de Vegetronix. Ces capteurs sont étanches, faciles à lire avec un simple multi-mètre, et pas trop chers.

Nous avons prefere démolir une partie du mur abimé et reconstruire à neuf.

Nous avons prefere démolir une partie du mur abimé et reconstruire à neuf.

Le voila comme neuf

Le voila comme neuf

La ceinture fait le tour de la maison à mi-hauteur

La ceinture fait le tour de la maison à mi-hauteur

Preparation des tubes de ventilation externes côté est

Préparation des tubes de ventilation externes côté est

Construction des fondations et d'un mu median en parpaings qui permettra la couverture d'au moins un tiers de la maison en 2014...

Construction des fondations et d’un mur médian en parpaings qui permettra la couverture d’au moins un tiers de la maison en 2014…

Enfin le remblayage qui protegera les murs et nous permettra de monter les murs  jusque 3m sans echaffaudage à l'extérieure

Enfin le remblayage qui protègera la première partie des murs et nous permettra de les monter jusqu’à 3m sans mettre d’échafaudage à l’extérieur

2013-09-21-0274

—————————————————————————————————————————–

OCTOBRE: Enfin nous pouvons commencer à piser le niveau supérieur des murs. Bien sûr, il a plu au début du mois, et nous sommes déjà mi-octobre, mais nous sommes contents d’attaquer le travail. On sait déjà que notre espoir de couvrir une partie de la maison avant l’hiver ne sera pas réalisé.

2013-10-09-0303-detail

Nous montons les colonnes en béton avec les mêmes coffrages déjà utilisés pour le bas.

2013-10-09-0302-detail

2013-10-20-0354-petit

Il est bien plus facile à ce niveau de protéger le travail avec les bâches

2013-10-18-0353-detail

——————————————————————————————————–

NOVEMBRE: La pluie et l’approche de l’hiver mettent fin à nos labeurs.

2013-11-08-03882013-11-09-0399-detail2013-11-09-0400

Article précédent
Poster un commentaire

5 Commentaires

  1. Arfel.

     /  décembre 27, 2013

    Hello. Je suis toujours avec intéret vôtre construction.
    Cependant, j’y trouve quelques détails qui me surprennent. Notamment l’épaisseur des murs. Je trouve qu’ils ne sont pas trés épais, vu qu’il va y avoir un étage. Mais , bon, j’imagine que vous avez du gamberger tout ça. Un autre truc qui me choque, c’est l’utilisation de parpaings dans la construction. Alors là, je comprend plus rien. Ce genre de matériau n’ étant pas écologique du tout, et vraiment naze point de vue des performances énergétiques. Je pense que vous auriez pu trouver autre chose de plus digne pour cet emplois.
    Je vous livre mon point de vue, car je trouve un peu décevantes certaines solutions que vous adoptez. Attention, pas de méprises, ce n’est pas de la critique, juste des observations . Qui sont motivées par la peur de vous voir crouler sous l’effondrement du logis et des prises de téte répétées.Aussi, car je trouve que vous risquez de vous « user » de trop dans cette construction et dans la perte d’énergie à cause des déboires liés à la météo et autres conneries .
    En tout cas, je vous souhaite bien du courage pour la suite, car je trouve que c’est bien du boulot pour faire tout ça, et que malheureusement, tout ça risque de se casser la gueule comme une grosse merde. Tant qu’il n’y a personne d’enfouis, ça va encore, mais je suis pas tranquille du tout du résultat final.
    Bon, en tout cas, ça ne fait que prolonger ma curiosité sur la suite.
    Allez, bon courage, et portez vous bien.

    Réponse
  2. Bonjour Arfel,

    Merci pour vos commentaires très pertinents, et voici mes explications.

    -L’épaisseur des murs est de 35 cm, ce qui est assez courant pour les murs en pisé.
    -L’ossature en béton armé (c’est à dire les colonnes et les ceintures qui les relient) est épaisse de 20x20cm. C’est du costaud, construit sur des fondations armées, il n’y a pas de risque d’effondrement.
    -Il n’y aura pas d’étage, ce qui doit vous rassurer! Les murs s’arrêtent à 3m. Le toit sera très léger.

    Vous avez raison, les parpaings sont à éviter, et ils ne sont pas prévus pour les murs intérieurs. Le petit bout du mur que vous voyez a été érigé dans l’espoir de pouvoir couvrir au moins une partie de la maison avant l’hiver. Nous n’avons pas pu le faire, mais on le fera en 2014.

    Si c’était à recommencer nous aurions fait la maison progressivement, en la couvrant au fur et à mesure, au lieu de construire tous les murs extérieurs sur toute la longueur de le maison d’un coup. C’est bien pour ça que nous publions ce blog, pour que d’autres puissent apprendre de nos expériences. Cette maison est totalement expérimentale. Sa construction va durer longtemps, mais y travailler est un vrai plaisir et nous ne sommes pas pressés.

    Par contre les parpaings ont été choisis en toute connaissance de cause pour les deux ailes de soutènement à chaque bout de la maison. On aurait pu mettre des pneus, mais nous ne sommes que deux à travailler et les parpaings semblaient plus faciles et plus rassurants vu la pente et l’instabilité de la terre sous l’aile ouest.

    On va essayer de ne pas nous enfouir, pour pouvoir encore piquer votre curiosité…

    Bruce

    Réponse
  3. Arfel.

     /  janvier 10, 2014

    Good morning.
    Bien content de lire cette réponse. Je reste curieux de la suite. Je sais par mon informateur local, que tout est calculé et re-calculé; peut étre que mon inquiétude vient du fait que je ne connaisse pas ce genre de construction. Je ne met surtout pas en doute vos compétences.
    Je pense juste qu’une telle construction « devrait » se faire d’un seul coup.
    Enfin, bon à suivre quoi. Petit bonjour de Mandacou…………

    Réponse
  4. Maya

     /  mars 12, 2014

    Bonsoir,
    Comme Arfel, je me posais la question pour les parpaings.
    Nous on habite à Marrakech dans un riad et nous envisageons de quitter la Médina et construire à 20 km de Marrakech. Sommes en train d’acquérir le terrain et commençons à nous renseigner pour construire en terre. Cela me paraît être le parcours du combattant mais cela nous tient tellement à coeur de construire avec les matériaux locaux. La grosse inquiétude c’est comment allier l’ossature béton, qui est obligatoire au Maroc, avec la terre.
    Cette construction sera aussi expérimentale si nous arrivons à trouver les personnes compétentes, ce qui n’est pas une mince affaire, même si beaucoup prétendent avoir le savoir faire. Même du côté des architectes marocains et aussi européens c’est le flou et beaucoup de personnes pas sérieuses.
    Un ami marocain se renseigne sur l’idée de faire l’ossature avec des pierres taillées, de la briquette pleine, de la poudre de marbre ….. Je n’ai pas encore tout compris, j’espère avoir plus de précisions.
    J’aurais vraiment les boules qu’on soit obligés de se rabattre sur une construction en béton.
    Sommes nous fous de rêver à ce projet ? Nous avons 66 et 60 ans ! sans une part de folie, on ne fait pas !
    Vos conseils sont les bienvenus.

    Réponse
    • Bonjour Maya,

      J’ai trouvé ceci sur le site d’un constructeur marocain:

      CONSTRUIRE EN TERRE AVEC STRUCTURE BETON ?

      « Après le seisme d’Agadir, le Maroc a obligé les constructeurs à adopter une norme antisismique (RPS 2000).
      Cette norme est applicable dans tout le pays sauf pour les constructions traditionnelles (terre) car celle_ci entraînerait un affaiblissement du bâtiment au lieu de le consolider.
      La résistance à la compression de la terre est au moins équivalente au béton de bonne qualité.
      Les poutres et les poteaux béton sont souvent de mauvaise qualité (dimensions,ferraillage,sable,proportions….)
      Conseil : si vous désirez du béton, exigez un contrôle de féraillage et de qualité du béton par un organisme privé et reconnu comme la SOCOTEX présente au Maroc.
      Il est tout à fait possible de construire une maison en terre antisismique avec une solidité équivalente à une maison béton bien construite. Des études ont été effectuées par le CNRS dans ce sens.
      La structure béton dans une maison en terre permet d’ éviter l’ effondrement des plafonds mais pas des murs qui ne sont plus liés ensemble.

      Beaucoup de constructions neuves sont réalisées avec une structure béton (poteaux, poutres, dalle béton) et remplissage en terre.. Lors d’un séisme, le poids du toit (dalle béton) entraiACC CIRCONFLEXEne les poteaux qui finissent par vriller et se cisailler. »

      Dans notre cas la maison est semi-enterrée, ce qui impose une ossature en béton armé pour contrer la poussée naturelle de la terre contre les murs. Le pisé devient remplissage entre piliers. En séchant, les blocs de pisé se désolidarisent des piliers, laissant des fissures d’environ 15 mm entre le pisé et les colonnes. Visuellement ce n’est pas grave, car on peut cacher ou combler ces fissures une fois le pisé stabilisé. Mais structurellement il aurait fallu des piliers en forme de « T » ou « + » pour créer une meilleure clé en cas de tremblement de terre, par exemple. Nous avons remédié à la situation en creusant des canaux de plusieurs centimètres de profondeur et épaisseur sur le haut des blocs de pisé avant de couler nos ceintures en béton.

      Mais si votre maison n’est pas enterrée vous n’avez pas besoin d’une ossature en béton comme la nôtre. Il suffirait de couler une ceinture de béton armé en haut des murs, une fois le pisé bien sec.

      Je suis étonné d’entendre qu’au Maroc vous avez du mal à trouver des constructeurs en terre compétents. En cherchant bien… Concernant la folie de démarrer une construction à votre âge, il est vrai que vous êtes bien plus jeunes que nous, mais cela ne devrait pas avoir trop de conséquences. Nous attaquons notre troisième année de chantier, et on ne s’en lasse pas (surtout la partie pisé, c’est physique mais tellement agréable comme travail). Il y a des gens qui passent des heures au gymnase pour essayer de rester en forme, mais un chantier est encore mieux. Toujours en train de courir à droite et à gauche !

      Enfin, nous avons déjà une maison, pas trop loin, et la nouvelle est notre violon d’Ingres. Comme cela, pas de dates à respecter (et pas de stress!).

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :